Le jeu des faux-lions

À l’époque, une jeune femme habitait à Fouta, dans un village qui s’appelait njioum ayraiay avec des griots. Elle était enceinte et est allée au fleuve chercher de l’eau. Une lionne est venue boire de l’eau. La jeune femme a eu peur et elle s’est cachée dans les arbres, et elle a accouché. La lionne avait laissé ses lionceaux pour venir boire. La jeune femme est partie en courant et a laissé son fils. La lionne est allée se coucher près du fils de la jeune femme. Elle lui a fait boire son lait. La jeune femme est partie au village en courant et a crié : « J’ai accouché, mais j’ai laissé mon fils au bord de l’eau et j’ai peur que la lionne le mange». Les hommes du village ont pris leurs haches et sont sortis pour aller tuer la lionne. A ce moment, les vieux ont invoqués les esprits pour endormir la lionne. Les hommes avaient l’intention de tuer la lionne pour récupérer le bébé. Une fois arrivés, une des personnes âgées a dit : « Attendez ! Je vais voir si je peux faire quelque chose ». Il l’on laissé et il a commencé à endormir la lionne. Ils ont pu récupérer l’enfant et ils sont partis.
A l’âge de 17 ans, l’enfant battait tous les enfants du village, même ceux qui étaient plus vieux que lui. Personne ne pouvait le battre. Il allait chasser dans les forêts. Dès qu’il voulait manger de la viande, il allait la chasser. Comme il était le plus fort du village. Le roi et ses conseillers lui ont dit : « Il faut faire attention. Dans ce village il y a un enfant dont il faut se méfier car il devient de plus en plus fort. » Le roi a fait en sorte que le jeune devienne son garde du corps. Ainsi lors de batailles, il pourra tuer beaucoup de monde. Au fil des saisons, les villageois le respectaient plus que le roi. Les conseillers du roi lui ont dit : « Fais gaffe ! Il va te tuer et récupérer ton pouvoir ». Les partisans l’ont pris au piège avec un filet, l’ont piqué avec des flèches et il est mort.
Le griot du village voulait raconter ce qu’avait fait le garçon. Le griot est celui qui raconte des événements en musique, une transmission africaine. Le griot jouait le Sabar et les chanteurs racontent comment le vieux marabout avait endormi le lion avec des paroles et l’histoire de l’homme-lion. Des années après son décès, un autre adolescent habitant le Walo, s’est fait griffé par un lion.
Tout le monde avait peur. «Il faut appeler le griot et les musiciens et inventer le jeu du faux lions pour guérir l’adolescent. Depuis ce jour, le jeu de faux-lions raconte l’histoire de l’homme qui devient un lion et qui communique avec les humains.
Mon premier spectacle de faux lion je l’ai vu lorsque j’avais treize ans. Je retournais de l’école et il y avait le jeu des faux-lions. Je suis allé regarder. J’avais un T-Shirt rouge. Et dans le public ont a crié, pars, car si le faux lion voit du rouge, couleur du sang, le faux lion va te chasser jusqu’à ce qu’il t’attrape. Il m’a vu et m’a suivi. J’ai couru me réfugier dans la maison de mon grand-père, qui était le chef du village à l’époque, car les faux-lions ne rentrent pas dans les maisons. Ils vont chasser dans les quartiers comme quelqu’un qui chasse en forêt. J’ai eu peur, je suis rentré chez moi.
C’est de là que j’ai décidé de devenir un faux-lion. Je n’ai jamais eu de maître dans l’art du jeu du faux-lion, j’ai appris tout seul. Au Sénégal, tu peux apprendre ton art dehors, parce qu’il y a toujours de la danse ou de la musique dans les quartiers jouer par les griots. J’ai commencé à fréquenté les griots et petit à petit j’ai créé une équipe pour apprendre les chorégraphies ainsi que le jaff qui sont les paroles pour dompter le faux-lion.
Lorsque tu portes la tenue du faux-lion, tu entre dans un symbole, car si tu sors pour le spectacle tu es un lion. Tu es comme un lion, sourd à tout. Tu n’entends rien. Tu entends que les paroles qui dompte le lion. Les chansons te réchauffent, mais tu n’entends rien. Les gens qui viennent regarder le spectacle achètent un ticket. Le faux-lion va vérifier que tout le monde a son ticket. Ceux pour qui n’ont pas leur ticket vont être amenés dans le cercle, ils vont te faire peur, faire semblant de te manger, de te jeter du sable au visage. Le lion est méchant et chaud.
Le spectacle du faux-lion se tient toujours au Sénégal et le public qui vient assister sont avant tout des enfants, car c’est comme un conte.